LES FORMATIONS PROPRES AU MONDE DE L’ECONOMIE SOCIALE
Pour une vision générale des différentes formations dans le monde associatif, cliquez ici pour accéder au site du Ministère en charge de la vie associative.

GESTION ASSOCIATIVE
Le CFGA, un nouveau certificat de formation (Extrait d’un article de Yannick DUBOIS, dans Juris Association 15/05/07)
Le premier certificat de formation à la gestion associative (CFGA) a vu le jour début 2007.
En actionnant le levier formation, le Ministère en charge de la vie associative visait à permettre au plus grand nombre d’assumer des responsabilités au sein des associations. Une formation pour rassurer les dirigeants actuels sur les capacités des nouveaux venus. Et qui répond ainsi en partie à une problématique certaine du secteur : le vieillissement des dirigeants associatifs, qui génère un impérieux besoin de renouveler les cadres bénévoles.
Le constat était relativement simple : diminution du nombre de bénévoles désireux de prendre des responsabilités dans les associations, inquiétude des conseils d’administration quant au passage de relais à des jeunes ne connaissant pas ou mal le fonctionnement des associations, complexification des règles d’administration…
Le Ministère en charge de la vie associative a répondu à la demande du CNJ (Conseil National de la Jeunesse) en mettant en place, dès Octobre 2006 et via l’Institut National de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), une formation expérimentale en alternance. Nommé provisoirement BAGA (Brevet d’aptitude à la gestion d’associations), elle comportait quatre week-ends d’apports théoriques (communication, droit des associations, comptabilité, projets), dans l’intervalle desquels les stagiaires confrontaient leurs acquis dans des structures associatives et auprès d’un tuteur chargé de les accompagner et de répondre à leurs questions.

Face au succès de cette formation expérimentale, le CFGA s’est substitué au BAGA.

Une formation pour les jeunes et les moins jeunes

La formation au CFGA, qui a pour but d’encourager l’engagement bénévole, est accessible aux jeunes à partir de 16 ans, les mineurs devant présenter une autorisation parentale.
Les personnes désireuses de suivre le cursus du CFGA doivent également être membres d’une association déclarée au moment de leur inscription. Cette exigence d’adhésion ne vise pas à priori des personnes porteuses d’un projet de création d’association.
Cette formation n’est cependant pas réservée aux jeunes ; elle vise d’avantage les jeunes acteurs associatifs, jeunes étant à comprendre dans le sens de l’ancienneté dans l’association.
Un jeune retraité qui souhaite prendre des responsabilités dans une association, un étudiant, une mère de famille sans activité professionnelle pourront constituer le public du CFGA. Pour l’heure, la formation et l’obtention du certificat de gestion administrative ne sont pas envisagées comme des conditions sine qua non à l’exercice de responsabilités dans les associations.

Un organisme de formation associatif

La formation théorique au CFGA doit être réalisée par un organisme de formation associatif ayant au moins deux ans d’ancienneté. L’organisme devra apporter la preuve qu’il dispose d’un responsable pédagogique et d’une équipe de formateurs ayant compétences en matière de gestion des ressources humaines, de gestion administrative des associations et de connaissance de la vie associative. Il pourra donc assez naturellement être fait appel à des bénévoles ayant les compétences visées par le référentiel. Le champ des organismes s’il inclut les associations organismes de formations et disposant d’un agrément Jeunesse et Education populaire, a une visée beaucoup plus large car il intègre aussi toutes les associations ayant localement développé des savoirs faire de proximité : maisons des associations, centres de formation au bénévolat…

L’organisme devra aussi apporter la preuve qu’il met en œuvre depuis au moins deux ans des formations a priori dans le domaine du développement des compétences associatives. Si l’on ne peut parler d’agrément, les organismes de formation doivent malgré tout effectuer une « déclaration préalable » valable un an auprès de la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la vie associative. Le préfet peut s’opposer à l’organisation de la formation dans un délai maximum d’un mois. Sa décision devra être motivée. La demande devra également précisé les conditions matérielles d’organisation de la session de formations (dates, lieu, contenu…) ainsi que le montant éventuel de la participation financière demandée aux stagiaires.

Pour les conditions de la formation pratique, il est précisé que la formation doit être « accomplie sous tutorat pédagogique dans une association déclarée ». Le tuteur doit être un dirigeant de l’association ayant une expérience confirmée et l’expérience doit permettre au stagiaire d’avoir une vision globale de l’ensemble des activités de l’association. L’arrêté indique que le stagiaire doit avoir eu la possibilité de participer à la conduite de projet, à la tenue de réunion et à la gestion administrative ou financière de l’association.

L’arrêté n’apporte aucune précision sur la durée (minimale ou maximale) de la formation. Au regard des objectifs de la formation et du rythme de vie d’une association, il semble difficile de concevoir une formation pratique qui n’intègre pas la participation à une assemblée générale, à un conseil d’administration, à l’appréhension d’un exercice financier complet. Le contenu théorique de la formation fait l’objet d’une annexe qui précise au travers de deux objectifs principaux (Présenter la spécificité du fait associatif, son évolution et son environnement et Mobiliser des notions pour conduire et développer un projet associatif), cinq champs de compétences.

Evaluation et certificat de suivi

Le suivi du stagiaire est attesté par le livret de formation qui lui est remis au moment de son inscription à la session théorique et sur lequel sont portées les informations sur les conditions de déroulement de la session de formations, des informations sur le candidat et une appréciation du responsable de la formation théorique et du tuteur au sein de l’association. Une formation suivie avec assiduité conduit à la délivrance par le préfet de région via la DRJSVA d’un certificat de formation à la gestion associative. Le titre n’a aucune valeur professionnelle.

Voici un bel outil, dont la réussite repose essentiellement sur les associations d’accueil et les organismes de formation. Les premières devront jouer le jeu de l’accueil et du tutorat. Les seconds devront chercher à rendre ses formations le plus accessible possible, notamment du point de vue financier car, contrairement à d’autres formations (BAFA, BAFD, ..) cette formation n’est suivie pour les stagiaires d’aucune promesse autre qu’un possible engagement bénévole.